La chute des cheveux 
 Généralités
 Chez les HOMMES
 Chez les FEMMES
 Cheveux crépus
 Les cicatrices
 Traitement des cheveux
Les trois méthodes 
 Vocabulaire
 Les autres méthodes
 Tableau des comparaisons
 Résumé en dessins
 Comment choisir ?
 Plus jamais ça !
Notre méthode "3D" au 2MM 
 Greffons Cylindriques
 Questions habituelles
 Ce que vous devez savoir
 Nos photos
 L'intervention
 L'ASEPSIE
 Témoignages
 Choisir cette méthode
 Accueil   Contactez nous   Demande de devis   Plan du site 
Page précédente Imrimer la page en cours


La nouvelle MAXIgreffe 3D répond exactement à votre demande...

Ce que vous devez savoir pour vous-même…

Prendre la décision de se faire faire une greffe de cheveux est une décision importante pour laquelle il faut absolument se poser les questions suivantes :

N’ai-je pas une contre-indication ?

Contre-indications générales :
certaines maladies sont incompatibles avec les risques opératoires d’anesthésie locale et une bonne repousse des greffons. La « consultation on line », vous demande tous ces renseignements : vous ne devez cacher aucune affection ou séquelles d’intervention, aucun traitement passé ou en cours.

En voici une liste non exhaustive :
1. affections respiratoires graves (certains asthmes ou insuffisances respiratoires)

2. affections cardiaques ou vasculaires (séquelles d’infarctus, hypertension ou hypotension artérielle,troubles du rythme, etc.)

3. troubles de la coagulation non corrigibles

4. affections digestives graves non consolidées (estomac, intestin, foie, pancréas, etc.)

5. affections des os ou des articulations : ne permettant pas une position prolongée d’intervention durant plusieurs heures

6. affections neurologiques (sciatiques...) ou nerveuses (incapables de ne pas bouger) : ne permettant pas une position prolongée d’intervention durant plusieurs heures

7. affections gynécologiques, des reins ou des voies urinaires : ne permettant pas de patienter sans uriner durant plusieurs heures

8. certaines affections endocriniennes (diabète instable, thyroïde, etc.)

9. certains cancers

10. le SIDA : nécessite de nombreuses précautions et de jeter la totalité des instruments ayant été utilisés et en contact direct avec le sang du patient. Il doit être impérativement signalé et vous devez préciser l’état de stabilisation.

11. les autres maladies contagieuses

11. certaines allergies (asthme, peau, digestive, etc.) : en particulier aux produits utilisés en cours d’intervention

12. certaines affections dermatologiques (en particulier du cuir chevelu, qui peuvent empêcher la repousse des cheveux) : PSORIASIS, pelade, dermites séborrhéiques, tendance à la cicatrisation chéloïde... autant de risques qui nécessitent d’être connues par la medecin afin de prendre toutes dispositions de traitement préventif ou curatif avant toute greffe. Il faut savoir que le resultat de la greffe sera alors fonction d'une bonne cicatrisation. Les risques sont de déclencher une de ces affections en postopératoire ou d'avoir une mauvaise repousse ou des cicatrices chéloïdes circulaires visibles. Dans ces cas, le medecin n'est pas responsable de ces complications. La seule possibilité est de faire un test limité et d'en attendre les résultats huit mois après avant d'engager une intervention de greffe plus importante. C'est ce que nous proposons en cas de vrai doute concernant le resultat. 


13. certains handicaps, affections neurologiques,

14. certains gros consommateurs de toxiques : café, alcool, tabac, ou autres...

Contre-indications  capillaires :

1. Une zone donneuse insuffisante : soit parce que la densité est insuffisante (moins de la moitié d’une densité normale), soit parce que la surface de cheveux restant est insuffisante pour la zone à greffer (les résultats seront toujours insuffisants). On dit qu’une hauteur de couronne de moins de 10cm à l’arrière est une limite, et moins de 7cm rend la greffe déraisonnable.

2. Certaines cicatrices chéloïdes de la zone à greffer (en particulier de brûlure).

3. Certains patients ayant déjà subi trop d’interventions de greffes capillaires en particulier : 3 « bandelettes » ou plus qui rendent difficile de trouver de nouveaux greffons de qualité suffisante sur un cuir chevelu très distendu et afin de ne pas encore plus abîmer la zone donneuse déjà très clairsemée. Mais surtout : après une grande F.U.E. où la zone donneuse ne peut plus être prélevée.

Psychologique : Tous les troubles importants psychologiques, neurologiques et psychiatriques sont des contre-indications : en particulier pour les personnes qui ne tiennent pas en place, trop dépressives, septiques, pas motivées, mal-aimées, capricieuses, toujours déçues, adressées par d’autres personnes sans vouloir vraiment l’intervention elles-mêmes, très fatiguées, etc…

Suis-je un bon candidat ?
Un bon candidat ne doit pas être trop âgé, ne doit pas être malade. Il doit être dans la meilleure forme possible : pas de fatigue juste avant une intervention (pas de long trajet en voiture ou en avion la veille de l’intervention, pas de cessation d’activité juste avant l’intervention; attendre au moins 24 heures).

Le meilleur candidat sera celui qui aura entre 30 et 65 ans, sera en pleine forme, brun, cheveux bouclés ou frisés, épais (en diamètre), une bonne densité et une bonne surface de réserve au niveau de la couronne, très motivé, bien informé de tout ce qui concerne le greffe de cheveux, celui qui n’aura pas de problème psychologique et qui aura confiance dans son médecin intervenant.

Nous en déduisons que les résultats sont automatiquement moins bons pour le contraire (la FUE leur est interdite)  :

• les blonds, les roux, les cheveux gris ou blancs donnant une impression de moindre densité,

• les cheveux très fins,

Une zone de réserve de densité plus faible que la normale donnera une moindre densité au résultat de la greffe,

Le médecin en tiendra compte s’il décide d’opérer en commun accord avec le patient et malgré un terrain difficile. Il fera ce qu’il peut avec ce qu’il a pour compenser le manque de densité ; sans pour autant faire des miracles… Sachez-le !

Les personnes non motivées, anxieuses, déprimées ou qui doutent du médecin opérateur, seront toujours déçues… Dans ce cas, le médecin pourra refuser lui-même l’intervention.

Une information honnête doit être donnée au médecin opérateur par le candidat à une greffe, c’est un élément essentiel à la réussite de la greffe…

Mes motivations sont-elles réellement valables ?
J’ai moins de 25 ans… N’ai-je pas une peur exagérée de perdre mes cheveux alors que je n’ai perdu que 1 à 2cm de mes cheveux d’adolescent au niveau des golfs?
N’est-ce pas un caprice ? Ne serait-il pas plus prudent d’attendre… J’aurai toujours le temps de la faire plus tard et si j’en ai vraiment besoin : lorsque j’arriverai au stade 3 d’Hamilton.
Et si le résultat n’est pas ce que j’en attends vraiment ? Suis-je prêt à accepter un résultat de densité plus faible que la moitié de celle de mes cheveux normaux ? (Ce qui est le résultat habituel en une seule séance avec cette méthode, mais mieux que par la " bandelette » ou la FUE)…
Suis-je prêt à faire une deuxième intervention pour compléter le résultat de la première si cela est nécessaire ?
Accepterai-je une petite différence avec une chevelure d’implantation normale telle que je l’ai eu en étant jeune ?

En ai-je vraiment besoin dès à présent ? N’ai-je pas encore quelques années avant de décider une intervention qui va me laisser 3 à 4 semaines de croûtes qui risquent de se voir… et 12 à 18 mois à attendre pour avoir la repousse complète de ce qui doit repousser ?
Est-ce que le côté naturel actuel de ma chevelure vaut la peine que j’intervienne tout de suite pour une greffe dont le caractère propre n’est pas d’être à 100% complètement naturel et qui risque de se voir même si c’est léger ? Ne devrai-je pas profiter de ma jeunesse sans souci et voir après si ma calvitie se poursuit… Il sera toujours temps d’intervenir.

Nous sommes contre une intervention avant 25 ans et favorable à une attente de quelques années pour confirmer un vrai démarrage de calvitie… Par contre si la calvitie est franche et la motivation élevée, dans ce cas nous pouvons intervenir favorablement.

Suis-je prêt à en accepter les inconvénients et les risques ?

Il n’y a aucun risque majeur lié à la greffe par " greffon de 2 mm » *. Il ne s’agit que d’une petite chirurgie dermatologique superficielle :
pas de suture (sauf exceptionnelle suture d’un petit saignement), pas d’usage de bistouri, pas d’anesthésie générale.

Mais il arrive parfois dans les suites :

• un œdème des yeux du 3ème au 8ème jour ;

• exceptionnellement un ou plusieurs points d’infection secondaire qui peuvent apparaître : 
si elle est au niveau de la zone prélevée : il faut immédiatement prévenir le médecin, nettoyer et traiter;
si c’est au niveau des greffons : dans ce cas l’infection mûrit et s’élimine le plus souvent par elle-même.

• Il faut savoir aussi qu’une diminution ou une augmentation de la sensibilité du cuir chevelu est passagère et dure au maximum de quelques semaines à quelques mois (mais rien de comparable avec une « bandelette » qui pourra supprimer définitivement la sensibilité du cuir chevelu et rester douloureuse à vie).

Dans les suites immédiates de la greffe : il y a apparition de petites croûtes cicatricielles qui tombent en 2 à 3 semaines entraînant la perte partielle des petits cheveux greffés, parfois elle entraîne ceux d’à côté mais cela n’est pas grave car ils repousseront.

La repousse : ne se fait qu’à partir du 3ème mois. On obtient : « la moitié de la densité des cheveux greffés à 6 mois, les résultats définitifs à 18 mois ».
Il faut « oublier ses cheveux » durant au moins 12 mois et avoir de la patience…

Est-ce que les résultats seront à la hauteur de mes espérances ?


1. Si vous êtes jeune (moins de 25 ans) et qu’il s’agit de refaire juste l’avant : en particulier les golfs : vous serez TOUJOURS déçu ! S’ils n’ont pas déjà été opérés nous refusons d’intervenir, en particulier chez ceux qui attendent de retrouver leur chevelure d’adolescent qu’il est normal de perdre. Nous intervenons uniquement pour ceux qui ont une calvitie du toupet avec une vraie perte de densité à l’avant et non pour le recul de la ligne antérieure.

2. Si vous désirez simplement une densification et la réfection d’un avant ou d’une tonsure qui sont réellement défaillants : ce sont les meilleures indications, même si vous n’avez pas encore atteint le stade de stabilisation.

3. Si vous êtes complètement chauve ou en cours de l’être : il faut savoir que ce n’est pas en une intervention que toute la calvitie pourra être comblée. Il en faudra 2 ou 3, voir plus en une vie. Il faut aussi se rappeler que les résultats dépendent de la qualité de vos cheveux sur la zone donneuse. Si ceux-ci sont drus et frisés avec une bonne densité de la zone donneuse : vous aurez un bon résultat, sans être pour autant absolument identique à une chevelure naturelle (car il manquera toujours un peu de densité). Par contre si vos cheveux sont fins, raides, ou même clairs… et que la zone donneuse est très insuffisante : les résultats de ces greffes laisseront une chevelure plus ou moins transparente et couvrante… mais néanmoins vous aurez "une chevelure" même si elle frêle.

4. Certaines personnes voudraient se faire greffer et garder la possibilité de se raser ou de garder les cheveux très court, soit pour des raisons professionnelles, soit par volonté personnelle, dans ce cas il est préférable de s'abstenir de se faire greffer. En effet, cela ne sert à rien de se faire greffer pour se raser !... De plus, la densité obtenue sera insuffisante pour donner un résultat suffisamment régulier avec des cheveux trop courts. Enfin, il y a le risque que les points de cicatrisation de la zone de prélèvement soient visibles de façon plus ou moins importante selon votre propre cicatrisation.

Attention : n’oubliez pas de laisser pousser vos cheveux d’AU MOINS 5 cm sur la couronne avant toute greffe.

En ai-je les moyens financiers ? Comment limiter les coûts ?
Comme vous avez pu le voir : une seule greffe pour une calvitie qui évolue même lentement, ne suffit pas dans la plupart des cas. Il faut prévoir 2, voir 3, voir plus de greffes sur 5 à 20 ans selon votre calvitie. Faites vos comptes avant de vous engager dans la première intervention et décidez avec le médecin de la stratégie qui pourra éventuellement vous faire économiser des interventions. Par exemple : en densifiant l’avant et une raie, on pourra laisser pousser les cheveux en longueur et cacher une tonsure ou une faiblesse de densité générale. Certains acceptent simplement la dispersion des greffons d’une seule "méga-greffe" sur tout le cuir chevelu. Cela donne de moins beaux résultats…

N’hésitez pas à poser toutes les questions nécessaires au médecin intervenant de la greffe à la première consultation d’intervention et surtout ne lui cachez rien de votre dossier médical et indiquez-lui toutes vos inquiétudes, vos appréhensions, vos souhaits…

ATTENTION : n’oubliez pas de laisser pousser vos cheveux d’AU MOINS 5 cm sur la couronne jusqu'au-dessus des oreilles, avant toute greffe.

Surtout ne pas aller chez le coiffeur avant la consultation, vous seriez ensuite obligé d'attendre 4 à 5 mois pour la repousse des cheveux nécessaire à la greffe.

  FRANCE-BELGIQUE-SUISSE-PARIS : 

13h-17h : (+33) 07.62.63.48.48

LUXEMBOURG : (+352) 26.84.55.66


VOIR LE SITE : www.MAXIgreffe3D.com  

VOIR YOUTUBE : https://youtu.be/x0ATSaEh2qI

www.echecrisquedangergreffecheveu.fr

www.centrePRP.com

www.info-greffedecheveu.fr

www.greffe-biocheveu-artifiel.fr

 


Nous vous proposons via ce bandeau une
Navigation rapide
vous permettant en quelques clics de vous concentrer sur l'essentiel des questions que vous pouvez vous poser.

Avantages et inconvénients
En savoir plus sur cette méthode
En savoir plus sur cette méthode
En savoir plus sur cette méthode
L'essentiel 
 Présentation
 Vocabulaire
 Comparaisons
 Pourquoi la "3D" 2MM
 L'intervention
En savoir plus sur cette méthode
En savoir plus sur cette méthode
 

 Mentions légales   Protection des données 
Agence IDclic   -   Technologie Micrologiciel™